Notre rapport au monde

Quand la remise en cause des liens sociaux nous encourage à réinterroger notre rapport au monde

 

 

Dans un monde où tous nos repères changent, il devient plus qu’urgent de se recentrer en soi, pour ne pas sombrer dans la peur ambiante.

La distanciation sociale change notre perception des liens humains.

Nous sommes contraints de nous recentrer sur ce qui est essentiel pour nous, en nous libérant du superflu. Si cette évolution des rapports humains possède bien évidemment sa part d’ombre par les manques qu’elle engendre (rencontres, culture…), il me paraît intéressant d’y voir une opportunité.

La raréfaction des rencontres permet de renforcer leur importance. Notre investissement dans ces échanges qui ne sont plus considérés comme anodins, s’est profondément modifié. Si nombre d’entre nous sont passés par la peur et l’angoisse de la contamination, nous avons aussi l’occasion d’expérimenter la mise à l’épreuve de notre rapport aux autres.

Est-ce que certaines personnes nous manquent ? D’autres pas ? Réalise-t-on que certains liens sont toxiques pour nous ? Un tri est-il en train de s’opérer dans notre cercle ? Éprouver le manque d’un autre permet de réaliser l’importance que celui-ci a pour nous.

La mise à distance imposée permet de sortir des schémas automatiques dans lesquels on avait pu s’enfermer. La remise en question brutale de nos routines quotidiennes, peut être vue comme une occasion de les réinterroger. De quoi avons-nous réellement besoin pour nous sentir bien ?

Pourquoi ne pas se centrer sur les ouvertures rendues possibles par ces fermetures à l’extérieur de nous-même ?

Le recentrement sur soi imposé cette année est l’occasion pour chacun d’entre nous d’apprendre à se connaître plus en profondeur. On ne peut plus fuir ses problèmes en s’éparpillant à l’extérieur de soi. C’est alors l’occasion de faire face à ses propres ombres pour les apprivoiser et ne plus se laisser diriger par ces peurs.

L’enjeu aujourd’hui est de rencontrer sa propre puissance et nous pouvons considérer que cette transition est facilitée par l’éloignement des normes sociales imposé par la crise actuelle. Cette confrontation à soi-même est l’occasion de découvrir son plein potentiel : ses points d’appui et ses forces, tout en prenant conscience de ses fragilités.

Ce bouleversement de notre vie quotidienne est une invitation à retrouver du sens en chacun de nos actes.

Réaligner nos choix de vie en fonction de nos valeurs est nécessaire pour avancer sereinement et en paix. D’où l’importance de redevenir acteur de sa vie pour ne plus avoir l’impression de subir un quotidien qui ne nous correspond plus. Se reposer la question du sens dans son parcours de vie, son rapport aux autres, son lien à la nature, sa spiritualité, dans ce climat où nos repères antérieurs s’effondrent permet d’envisager un avenir plus harmonieux.

Nous pouvons considérer ces limitations dans notre quotidien comme une opportunité de ralentir notre rythme de vie parfois effréné. C’est une chance de recentrer davantage notre conscience en nous-même, de ne plus s’éparpiller dans tout ce que l’on a à faire, de ne plus vivre dans le futur ou le passé tout en s’éclipsant de notre présent.

Je vous propose donc de saisir profondément cet instant présent : de le savourer, le goûter, le toucher du doigt et ainsi de bien entendre son message. Qu’est-ce qui vous guide aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est important pour vous ? Suivez-vous des valeurs qui vous appartiennent réellement ?

Il est l’heure de devenir votre propre guide, en suivant votre rythme, vos intuitions et ce qui vous anime de l’intérieur.